Extraits des comptes rendus des Conseils Municipaux entre 1919 et 1939


La première guerre mondiale avait laissé Steinbach en ruines. A partir des comptes rendus des Conseils Municipaux de l'entre-deux-guerres, voici les décisions, grandes ou petites, qui ont fait la vie du village durant ces années-là.

Les ANNÉES 20:

LA RECONSTRUCTION.
1919 -  MAIRE : THIÉBAUT REBER
- « En vue de la reconstitution rapide de la forêt communale détruite par la guerre » Steinbach n'a les moyens d'acheter de jeunes plants que « si ces frais sont déclarés comme dommages de guerre. »
- Un Mulhousien qui n'a pu exercer son droit de chasse en 1914 et 1915 exige (et obtient) le remboursement du montant de l'adjudication (pour une période de 8 mois).

 1920 - MAIRE : LÉONARD WALDNER
"Le Conseil Municipal de Steinbach appelle respectueusement l'attention de M. Le Président de la Commission d'Evaluation des Dommages de Guerre sur la situation précaire du village, tant au point de vue 'reconstruction' qu'au point de vue financier.

Sur 200 bâtiments détruits, il n'y a que 3 maisons dont la construction soit commencée » (sur les 40 prévues). Le Conseil Municipal s'étonne notamment que des avances
régulières ne soient pas accordées aux sinistrés du village. « Les crédits accordés aux habitants de Steinbach paraissent proportionnellement très réduits par rapport à ceux des communes avoisinantes.», demande des crédits pour la reconstruction immédiate d'au moins 10 maisons et décide que 15 maisons seront reconstruites au cours de l'année 1921. «Toutes ces maisons sont d'une importance capitale puisqu'elles sont les propriétés de cultivateurs qui sont obligés de laisser leurs récoltes exposées aux pluies et aux neiges.»
- Décision de «fournir aux sinistrés de la commune le bois de charpente nécessaire à la reconstruction des bâtiments. Le bois de construction se trouve dans un tel état qu'on ne peut pas le livrer au commerce. Il est sec et fort endommagé par suite du bombardement.»
- «Le Corps de la Bourgeoisie de Steinbach, représenté par le conseil de la commune», se plaint auprès du sous-préfet «du fait que le militaire qui est chargé d'enterrer les soldats tués pour notre patrie, enlève tous les morts de la Cote 425 et les emporte à Cernay» alors que «la commune de Steinbach a mis un beau terrain à la disposition de la France pour donner à ses fils un lieu de repos digne de leur héroïsme» et demande que «tous nos poilus qui ont été tués sur le terrain de Steinbach soient enterrés dans le cimetière de notre commune.»
- Demande que M.X soit nommé ' maître de la commune' par l'Honorable Direction Départementale de l'Instruction Publique. «Il serait de grand avantage pour les intérêts de Steinbach qui est de fond en comble détruite et dont la jeunesse est très indisciplinée et intraitable, d'avoir à sa disposition une personne d'un âge mûr et d'un caractère énergique.»
«Par suite du renchérissement général pour 1920, les prix sont majorés de 400%

1921 - RECENSEMENT : 382 HABITANTS (825 EN 1910)
- Le travail des ouvriers pour «débarrasser les champs des pierres qui les couvrent, enlever les fils de fer barbelés et les abris, niveler les tranchées et les trous d'obus, remettre les chemins en état» est payé 15 francs par ouvrier et par jour de travail. (Ces ouvriers sont principalement des chômeurs de Steinbach)
- «les habitants de la commune désirant chercher du bois pourri dans la forêt communale» peuvent obtenir «un permis contre paiement d'une taxe de 0,50 F»
- Proposition, unanimement acceptée, d'installer l'électricité dans la commune. La construction d'un local pour le transformateur électrique est envisagée.
-«Considérant que la commune possède 2 pompes à incendie et le matériel de service nécessaire, il importe pour assurer l'utile emploi, de réorganiser le corps des Sapeurs Pompiers en une compagnie de 41 hommes. La Commune s'engage à subvenir au moins pendant 15 ans aux dépenses du Corps».
- Les plaintes contre M. Le Curé «qui cherche querelle avec tout le monde pour des motifs futiles et veut se mêler dans les affaires du personnel enseignant» s'accumulent tellement qu'il paraît indispensable qu'il soit déplacé d'urgence.
- Embauche d'une balayeuse d'école moyennant un salaire annuel de 300 F.

1922

 -Adhésion à la Société Coopérative des Eglises Catholiques dévastées du Haut-Rhin, en vue d'activer la reconstruction de l'église.
- Vote d' «un crédit de 219.335 F pour la remise en état du sol du territoire de la commune. Cette dépense est entièrement couverte par la subvention de l'état».
- Achat de 60 kilos de graines de sapins pour la somme de 810 F
- Décision de «faire l'acquisition d'un terrain d'une superficie de 1,35 ares, au prix de 1500 F, afin de permettre l'agrandissement de la place publique de Steinbach et en vue d'un alignement du village».
-Vote de crédit pour la reconstruction des registres de l'état civil détruits par la guerre.
-Achat d'une machine à écrire en commun avec la coopérative de Steinbach.

- Création d'un Bureau d'Assistance.
-Fixation du taux d'allocation aux femmes en couches : 0,50 F par jour. Taux d'allocations aux familles nombreuses : 5 F par mois.
-Vote d'un traitement annuel de 300 F à la sage-femme.
- Interdiction aux habitants de laver dans les bassins des puits. «Chaque contravention sera punie de 2 F au profit du bureau de bienfaisance. Le taux est doublé en cas de récidive.»

- Interdiction aux propriétaires de volailles de les laisser sortir dans les champs. «Pour chaque volaille vue par le garde-champêtre, le propriétaire paiera une amende de 10 F au bureau de bienfaisance». De même, interdiction «de laisser paître librement le gros bétail et, expressément, sur la propriété d'autrui» (même amende de 10 F)
-Vote d'un crédit annuel de 1200 F payable au teneur du taureau municipal. Taxe de 10 F par vache pour la saillie.

- Taxe pour bals et réjouissances publiques : une taxe de 20 F chaque fois et, pour bal de noce, 5 F.
- Le prix maximum pour le lait est fixé à 80 cts le litre. Le prix du pain «est abaissé comme avant».

1923
- Le Conseil Municipal s'étonne que le projet de reconstruction de l'église (en pur style gothique), «approuvé par le conseil municipal en complet accord avec la
population», ne soit pas approuvé par la Commission diocésaine et désapprouve le nouveau plan proposé, de style moderne.
- Reconstruction de la mairie-école pratiquement achevée.
- Les 4 commissions du Conseil Municipal : Commission scolaire. Commission des bâtiments. Commission forestière et Commission des chemins
-Approbation des plans du presbytère et des plans définitifs de l'église
- Décision de «ne pas faire brûler le bois restant par les bûcherons, vu le grand danger d'explosion par suite d'obus encore cachés dans certaines parcelles, mais de le laisser enlever par les habitants indigents.»
-Tarifs de la taxe sur les chiens fixés comme suit : chiens d'agrément : 20 F - chiens servant à la chasse : 10 F - chiens servant à la garde : 5 F et nomination de 20 répartiteurs pour cette taxe.
- Décision de fixer une taxe pour les cueilleurs de baies de 20 F par carte
-Vu que les délits champêtres vont en augmentant, décision d'installer un garde champêtre auxiliaire.


1925- MAIRE : YVAN ROLLIN (A/C D'AVRIL OU MAI)
- «La maison occupée actuellement par M. Le Curé ayant été achetée par un père de famille de 5 personnes qui habite encore dans une baraque ouverte à toutes les
intempéries, (...) et M le Curé demandant un appartement de 6 pièces alors que ce genre de logement est absolument inexistant à Steinbach où il n'y a que des logements d'ouvriers de 3 à 4 pièces» le Conseil Municipal demande à l'Evêché «de régler au mieux cette question pour le plus grand profit des intérêts religieux de la population.»
- «Considérant que le campement et le stationnement sur la voie publique de bandes de nomades sont une cause permanente de désordre , que notre commune à peine
relevée de ses ruines, avec ses champs replantés en partie avec de grandes peines, est particulièrement à protéger contre ces parasites de la société» le Conseil Municipal «charge le maire d'interdire par arrêté tout campement ou stationnement sur toute l'étendue du territoire de la commune.»
-Construction d'un nouveau presbytère et installation d'un nouveau curé.
-Taxe sur les arbres de Noël : 2F pour les petits et 3 F pour les grands

1926 - RECENSEMENT : 765 HABITANTS
- Construction de l'église. «Vu que la situation financière de la commune est assez précaire, le moment n'est pas venu de faire installer le chauffage central dans l'église.»
-Approbation du projet concernant le captage de sources et la construction d'une chambre d'eau et d'un grand regard collecteur pour Steinbach. Vote d'un crédit pour l'exécution de la conduite maîtresse de la canalisation en eau potable de la commune. Convocation d'une assemblée des propriétaires de maisons pour être fixé sur le nombre de propriétaires qui désirent avoir l'eau dans leurs maisons.
-Vote d'un crédit pour la construction du réseau électrique de haute tension de la commune.
- Le montant des indemnités dues à la commune de Steinbach pour les dommages causés à la forêt communale («bois enlevés, détruits ou dépréciés») est de 255.547 F.
- «Le Conseil proteste à l'unanimité contre les menées autonomistes et anti-françaises pratiquées récemment en Alsace. Il les réprouve entièrement et forme le vœu que le gouvernement agisse avec fermeté contre les égarés dont les manifestations risqueraient d'amener dans l'avenir de graves conflits. La commune de Steinbach , la plus sinistrée du département, à peine relevée de ses ruines grâce à l'aide généreuse de l'Etat Français auquel elle est reconnaissante, tient à ne plus revivre des périodes aussi tragiques que celles qu'elle a traversées et qui seraient susceptibles de se reproduire si on laissait se poursuivre les agissements déraisonnables de certains éléments antinationaux situés en majeure partie dans des régions non sinistrées par la guerre. »
~ Vote d'un crédit de 100 F par an à M.X qui sera tenu d'avoir un bouc à la disposition des chèvres de la commune.

1927
- Interdiction de « toute nouvelle construction de baraque d'habitation sur toute l'étendue du territoire de la commune. »
-Construction du réservoir d'eau. Adjudication des compteurs d'eau.
-Vote pour le maintien de l'ancienne fontaine de la grande place dont la suppression avait été envisagée. Vote d'un crédit de 5700F pour l'achat de 6 bornes fontaines;
-Achat de 30 volumes Bourgoin pour les cours d'adulte
 (Et aussi : Remise en état de l'oratoire d'Ifiss, appelé "Kraftkapelle")


1928
 -Inauguration de la nouvelle conduite d'eau potable municipale
- Demande de «réouverture de la 3ème classe mixte pour les enfants de 6 à 8 ans, classe qui existait avant la guerre, étant donné que l'effectif scolaire
de la commune va toujours en augmentant.»
- Décision d'«offrir une prime aux jeunes gens ayant fréquenté régulièrement les cours d'adultes et un prix de 25 F aux enfants ayant passé avec succès le certificat d'études primaires.»
- Vote d' «un crédit de 1000 F pour la construction d'un lavoir municipal couvert au milieu du village, à titre d'essai».
- Achat de ventouses à l'usage de la sage-femme

1929 - M. YVAN ROLLIN RÉÉLU MAIRE
- Demande «au Département et à l'Etat d'une subvention aussi élevée que possible pour l'exécution des travaux d'assainissement des différents chemins locaux de Steinbach»
- Décision «d'organiser un service de nettoyage des ordures ménagères. A cet effet, une voiture passera dans le village une fois par trimestre.»
-Vote d'un crédit de 2700 F pour la construction de 2 lavoirs publics, l'un à l'entrée et l'autre à la sortie du village.
- Décision «de faire apposer des numéros aux maisons du village». La Commission des Bâtiments est chargée d'élaborer un plan de numérotage.
 

LES ANNEES 1930: LA VIE REPREND SON COURS

1930
-Vote d'un crédit de 2000F pour l'achat et l'installation d'une «borne fontaine incongelable sur la grande place du village en remplacement de la vieille fontaine désaffectée pour vétusté.»
-«Le Conseil Municipal a été péniblement surpris par le départ subit des sœurs enseignantes survenu brusquement 2 jours avant la rentrée des classes. En conséquence, l'école des filles et la classe enfantine de Steinbach sont fermées pour un temps indéterminé». Le Conseil Municipal demande que «le fonctionnement de l'instruction publique soit assuré au plus tôt dans les écoles de Steinbach, comme par le passé, conformément à la loi».
-Vote d'un crédit global de 300F pour la vaccination antidiphtérique des enfants de 2 à 9 ans et d'un crédit de 50F pour l'achat de timbres antituberculeux.
(Et aussi : Reconstruction de la chapelle Saint Morand sur le plateau de la Loh).
 

1931 - RECENSEMENT : 864 HABITANTS
-Après avoir, pendant quelques mois, ajourné «la question d'adhésion au fond départemental du chômage, la situation actuelle de la commune ne nécessitant pas cette
mesure», le Conseil Municipal se prononce finalement pour cette adhésion.
-Vote d'un crédit de 1500F pour l'achat d'une machine à coudre pour les sœurs de l'école et les cours d'adultes de filles.

1932
- Décision d'«occuper temporairement les chômeurs de la commune à la réparation des chemins communaux contre payement d'un salaire de 2,75 F à l'heure à raison de 8 heures par jour.»
-Vote d'une subvention de 5000F pour l'installation du chauffage central de l'église.
- Décision d'acheter un terrain de 7 ares «destiné à faire une place publique du village. »
-Décision d'engager «un vérificateur des viandes pour la commune de Steinbach».
(Et aussi : Reconstruction de la chapelle Notre Dame de Birling, détruite lors de la 1ère guerre).

1933
- «Le Conseil Municipal de Steinbach en séance publique proteste contre les méthodes de répression employées en Allemagne contre les militants républicains et révolutionnaires, contre les persécutions antisémites depuis l'avènement de l'Hitlérisme. Il demande la cessation de ces persécutions et le relâchement des prisonniers politiques.»
-Achat d'un brancard pliant pour le transport de blessés.

1934

- Vote d'un crédit pour «le déblaiement et le nettoyage de la place publique récemment achetée et destinée à l'érection du Monument aux Morts de la guerre. La commune emploiera à ces travaux des chômeurs de la commune à raison de 3 F de l'heure.»
-Vote d'un crédit de 1400 F pour la construction d'un nouveau lavoir au centre du village.
 - Décision de planter environ 1800 épicéas sur des terrains communaux.
-Vote d'un crédit de 1000F à la Société des Fanfares Echo de Steinbach «qui vient de se constituer en musique, comme subvention unique pour l'achat des instruments.»
- Décision d'«accorder encore des autorisations pour ramasser des feuilles mortes destinées aux litières du bétail aux conditions de prix fixées par l'administration forestière. »

- RÉÉLECTION DE M. YVAN ROLLIN COMME MAIRE

Le Conseil Municipal compte 7 Commissions :
Commission du Bâtiment, Commission des Forêts, Commission Scolaire, Commission des Chemins, Commission Electorale, Commission des Finances, Commission des Chômeurs.

- «Le Conseil Municipal établit le règlement suivant concernant les chômeurs : Les chômeurs inscrits sont obligés de faire la prestation de 2 journées de travail de 6 heures par semaine sans autre rémunération que l'indemnité de chômage légale quel qu'en soit le taux. Le refus de travail entraîne la première fois la perte de l'indemnité pour la journée absente et, pour refus suivi, la radiation du chômeur de la liste des bénéficiaires. Les chômeurs se présenteront une fois par jour au contrôle et ceci dans la matinée. La non-présentation sans motif valable entraînera la perte de l'indemnité pour la journée absente. »
~ Désignation de 15 personnes comme membres de la commission municipale «devant rester sur place en cas d'évacuation des localités.»

1936

RECENSEMENT : 831 HABITANTS

- «Devant la situation difficile des finances communales, le Conseil Municipal regrette de ne pouvoir voter une subvention pour l'exposition internationale de Paris.»
- Décision de mettre en adjudication la carrière de porphyre qui se trouve derrière le village dans la vallée du Silberthal.

1937

- Décision d'«installer une horloge automatique à cadran astronomique destiné à l'enclenchement et au déclenchement de l'éclairage public.»
 -«Comme suite à la requête des patrons boulangers dont la majorité s'est prononcée pour la fermeture de leurs magasins les dimanches et jours de fête, le Conseil Municipal se prononce également pour cette mesure».
- Fixation des «dates auxquelles pourront être attribuées les dispenses temporaires pour enfants employés aux travaux agricoles comme suit : les mois de juin, juillet et octobre de chaque année.»

1938
- Autorisation accordée à M.X de « procéder à des fouilles en vue de recherches de minéraux sur le territoire de la commune de Steinbach, pour une durée de 20 ans, contre une redevance annuelle par fouille de 20 F.»
- Décision de «supporter exceptionnellement pour cette année la taxe de bouilleurs de cru se montant à 826,84 F étant donné que la récolte de fruits était médiocre cette année.»


1939 (Août)

«Vu le rappel du garde champêtre et appariteur sous les drapeaux, le Conseil Municipal se voit dans l'obligation de pourvoir à son remplacement.»
                                     
              Extraits du Bulletin Municipal 2006

 

   Les fontaines, les cafés, restaurants