Valentin 
    
 Fête : 14 février

               Etymologie : du latin «  valens » = fort, vigoureux     
               On fête 2 Valentin, le même jour 

   • SAINT VALENTIN, PRÊTRE ET MARTYR, A ROME (+ VERS 270)

    Valentin, prêtre de Rome, fut arrêté, dit-on, sous l'empereur Claude le Gothique, qui le fit charger de chaînes et mettre dans les entraves. Deux jours après son arrestation, il fut amené au tribunal de l'empereur et confessa généreusement sa foi. Remis entre les mains du préfet Calpurnius, il fut placé sous la garde d'un officier dont la fille adoptive était aveugle. Valentin guérit la jeune fille, convertit le père et toute la famille  de  l'officier. Claude,  apprenant  tous  ces  détails, ordonna que le prêtre Valentin fût frappé à coups de bâton, puis décapité ; l’exécution eut lieu le 14 février, sur la voie Flaminienne.
    Le corps de Valentin fut inhumé, au lieu même du supplice, par une pieuse matrone, nommée Sabinilla, qui le déposa ans sa propriété. Au IV° siècle, le pape saint Jules I° bâtit en l'honneur de saint Valentin une église, qui fut restaurée au VII° siècle, sous Honorius 1° (auj. porta del Popolo). Ce fut pendant  longtemps  le  lieu  d'un  pèlerinage  très  fréquenté ; on l’abandonna au XIII° siècle, quand le corps de Valentin fut transféré dans l'église Sainte-Praxède. (Ce récit de la vie de Valentin date du 6° siècle, d’où une histoire incertaine. Certains l’identifient avec le suivant, mais on n’est pas certain de cela.)

      • SAINT VALENTIN DE TERNI,  ÉVÊQUE ET MARTYR (+ VERS 273)

La tradition présente ce Valentin comme ayant été sacré évêque de Terni, dans l'Ombrie, dès l'année 203. Célèbre par ses vertus et ses miracles, il fut mandé à Rome par un philosophe nommé Craton, dont le fils était atteint d'une maladie incurable. Ce Craton était païen. Valentin se rendit à son invitation, mais il ne promit la guérison demandée que si Craton se convertissait avec toute sa famille." Si j'arrive à le guérir, c'est grâce à Jésus Christ. Alors, promets-moi de croire en lui!" La condition fut acceptée et exécutée. Valentin se mit en prière et le jeune homme fut subitement guéri.

     A  la  suite  de  ce  miracle,  trois  jeunes  gens,  originaires d'Athènes, qui prenaient les leçons du philosophe se convertirent et il en fut de même du préfet de la ville, Abundius. Apprenant ces conversions, un autre préfet du nom de Placide fit  décapiter  Valentin.  Les  trois  jeunes  Athéniens  transportèrent secrètement à Terni le corps du martyr et l'y ensevelirent avec honneur (vers 273). Valentin est honoré comme le principal patron de Terni.

     Au XIe siècle, le chef de saint Valentin, martyr (est-ce le prêtre de Rome ou l'évêque de Terni? l'histoire ne le dit pas), fut apporté à l'abbaye bénédictine de Jumièges, au diocèse de Rouen ; Baudry, évêque de Dol vers 1020, a fait le récit de cette translation et des miracles qui l'accompagnèrent.

Le culte de saint Valentin au Moyen Âge.

A cette date du 14 février, on a noté encore la mention d’un troisième Valentin, martyr d’Afrique, sur lequel il manque de détails. Or, au Moyen Âge, une opinion s’accrédita spécialement en Angleterre et en France qu’à cette date du 14 février les oiseaux commençaient à s’accoupler : il fut dit que chaque Valentin choisissait sa Valentine. Dès lors, saint Valentin fut revendiqué comme patron des amoureux, fiancés, jeunes gens et jeunes filles à marier.

                                                                                                                   Ã

                                                                                                                       ef

 

                                              SAINT BARTHÉLÉMY

                                                                                                                    APOTRE (I° siècle)

    Ce nom signifie : « fils de Tholmaï » et vient de l'araméen par  l'intermédiaire du grec. On trouve Tholmaï dans l'Ancien Testament. Barthélémy est cité dans les quatre listes des apôtres (Matthieu 10; Marc, 3; Luc, 6; Actes, 1).

   On s'est demandé si Barthélémy ne serait pas Nathanaël, ce disciple originaire de Cana qui se donne à Jésus lorsque le Maître lui a prouvé sa connaissance des pensées inexprimées (Jean., 1, 45-51) : « Avant l'appel de Philippe, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. - Rabbi, vous êtes le fils de Dieu, le  roi d'Israël! » Plus tard, après la résurrection, Nathanaël prend part à la pêche miraculeuse (Jean., 21, 2).

   Rien ne s'oppose à ce que le « fils de Tholmaï » ait eu Nathanaël comme nom personnel. Il est introduit dans l'Évangile avec d'autres apôtres et les synoptiques le placent à côté de Philippe, ce qui corrobore la donnée de Jean., 1, 45 : tous deux étaient amis intimes.

   Barthélémy aurait évangélisé la Lycaonie et la Phrygie , les pays du Pont et du Bosphore ; les  Indes, où il aurait apporté l'évangile araméen de saint Matthieu; la région voisine de l'Ethiopie. Des légendes plus récentes envoyèrent notre saint en Mésopotamie, en Perse, en Arménie, chez les Ichtyophages. Le Bréviaire des apôtres le fait écorcher vif en Arménie majeure, puis décapiter par ordre du roi Astrage (et non Astyage).

  Barthélemy est patron des bouchers, tanneurs, relieurs.

                                                                                                                     à