Échos dans la presse.

La rénovation de l'église est terminée.

L'église de Steinbach, qui fête ses 75 ans cette année, est prête à accueillir ses paroissiens.

Le programme de rénovation a commencé en 1996 et se termine en 2001 l'année des 75 ans de l'église, ainsi l'a voulu le conseil de fabrique présidé par Gilbert Zimmermann.
En 1996, la commune prend en charge toute la rénovation extérieure : le clocher, l'horloge, la toiture, la peinture extérieure et la protection des vitraux. Le conseil de fabrique prend la suite et refait tout l'intérieur de l'église. L'agencement est revu pour permettre une meilleure circulation autour des fonds baptismaux, une zone d'accueil et d'échange à l'entrée est créée, les sols sont refaits, l'électricité est mise aux normes, la peinture refaite également. Le plus spectaculaire de ces travaux revient au conseil de fabrique et ses bénévoles qui ont consacré quelque 2000 heures pour décaper et vernir toutes les boiseries. La chaire est magnifique, les bancs comme neufs. Une entreprise spécialisée s'est chargée de rendre l'éclat d'origine aux autels; statues et au chemin de croix en refaisant les dorures.
Le coût total de l'ensemble des travaux supporté par le conseil de fabrique est estimé à environ 1,5 million de francs. Pour réunir une telle somme, il s'y est préparé depuis plusieurs années par .une gestion rigoureuse, des legs, des subventions et surtout la collecte de dons. Profitant de cet anniversaire, le conseil de  fabrique édite une brochure qui retrace l'histoire les églises de Steinbach. L'église actuelle, construite en 1926 par l'architecte Louis Schwartz, fait suite à celle de 1873 qui fut entièrement détruite pendant la Grande, Guerre. Il est déjà question de Steinbach et de son prieuré en 1187, on cite un cellier et des vignes dans une charte détaillant les biens de l'abbaye de  Lucelle. On apprend ainsi que la paroisse a existe bien avant  la commune qui ne date que de Î847, année de sa séparation administrative de Cernay. Cette brochure sera en vente dès le dimanche 21 octobre : ce dimanche-là, la paroisse sera en fête, elle accueillera Mgr Kratz qui présidera l'eucharistie à l'occasion de l'inauguration de l'église et de l'orgue rénové et Mathieu Freyburger, organiste de latent, donnera un concert.

  L'Alsace du 13.10.2001                                                                                                                                                     S.R

   

                                            
                                              L'église rénovée pour ses 75 ans.

Pour l'année du 75°anniversaire de la pose de la première pierre de l'église paroissiale, le conseil de fabrique de l'église de Steinbach termine un important programme de rénovation de l'intérieur du bâtiment.

A cette occasion, il vient de publier une très intéressante brochure qui retrace l'histoire «des» églises qui ont existé à Steinbach. Nous y relevons que l'église actuelle, conçue en 1926 par l'architecte Louis Schwartz, fait suite à celle de 1873 que fit bâtir Joseph Langenstein et qui fut entièrement détruite pendant la grande guerre.

Il est déjà question de Steinbach et de son prieuré dès 1187. On cite un cellier et des vignes dans une charte détaillant les biens de l'abbaye de Lucelle. On apprend ainsi que la paroisse a existé bien avant la commune qui ne date que de 1847, où, par arrêté préfectoral du 5 octobre de la dite année, la séparation administrative avec Cernay fut prononcée.

 Un livret:  º  "Une paroisse rénove son église"

Ce livret, diffusé au profit de la rénovation de l'église, sera disponible dès le dimanche 21 octobre. Ce jour-là la paroisse sera en fête. Elle accueillera Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire de Strasbourg, qui confèrera le sacrement de la confirmation à six jeunes de Wattwiller et à treize jeunes du village et qui présidera l'Eucharistie à l'occasion de l'inauguration de l'église et de l'orgue rénové.

Cette rénovation est pour le moins remarquable. Elle fait suite à d'importants travaux entrepris depuis 1996 par la commune avec la rénovation du clocher, de l'horloge, de l'ensemble de la toiture, zinguerie, des enduits extérieurs et la protection des vitraux.

A présent, le conseil de fabrique achève ce programme de modernisation avec les rénovations intérieures, la mise aux normes de l'installation électrique et l'amélioration de l'éclairage, la mise en œuvre d'une nouvelle sonorisation, la redistribution des espaces et aires de circulation, la pose du revêtement de sol du chœur et de la nef, la peinture intégrale des murs et du mobilier, la rénovation des boiseries et des autels et enfin, la révision complète de l'orgue.

Nous reviendrons plus en détail sur les travaux de restauration de l'orgue et son inauguration par Mathieu Freyburger ce même dimanche 21 octobre, à 16h30.


  Dernières Nouvelles d'Alsace, octobre 2007
 

 

Un concert pour une inauguration.


Dimanche, un concert spirituel suivra la bénédiction de l'orgue et l'inauguration des travaux de l'église.

Dimanche 21 octobre fera date dans les annales paroissiales de Steinbach avec la confirmation le matin à 10 h de 19 Jeunes du village et de Wattwiller, puis la bénédiction, l'après midi, par Mgr Kratz, évêque auxiliaire du diocèse de Strasbourg, de l'orgue rénové. Cet instrument construit en 1934 par Georges Schwenkedel a été harmonisé en 1964 par Kurt, fils de celui, qui lui a donné des sonorités plus classiques.
Cet été, Hubert Brayé, maître facteur d'orgue de Morzwiller, lui a rendu une nouvelle jeunesse en remplaçant les 1300 poches, membranes et soufflets et le tremblant défectueux.

Tout à fait exceptionnelle.

Cette instrument a été particulièrement ménagé du fait que seuls trois organistes René Koch de 1934 à 1944, Pierre
Blosenhauer de 1946 à 1953 et Jacqueline Keller de 1953 à nos jours ont en été les titulaires.
Sa résurrection donnera lieu à un concert spirituel d'une tenue tout à fait exceptionnelle. Au programme, la chorale Sainte Cécile, l'harmonie du Silberthal, Mathieu Freyburger, organiste de Cernay, l'un des plus talentueux jeunes concertistes d'Alsace ainsi que Théophane Keller qui chantera le Benedictus.
Parmi les œuvres interprétées des pièces de Bach "Toccata dorienne", un choral de Lubeck, la "missa brevis "de Haydn, des œuvres des 17e et 18e siècles de Andreu et Francisco Vila et des œuvres de Sweelinck Buxtehude, Mendelssohn, Demessieux, Renaud... Soit un voyage entre baroque, romantisme et contemporain.
La chorale chantera "0 bone Jésus" de Palestrina, « Adoramus » de Mozart et « Bogo » de Rachmaninov, « Fanfare for a New Age » de Richhards, « Nostalgia » de Bouthier et « Sakura » de Tayamatsu complèteront le répertoire de l'harmonie.

                     
         Alsace du 26.10.2001                                                                                                                               LAM

 

 L' église est rénovée    

                                                                            
     
     L'évêque auxiliaire de Strasbourg est venu bénir l'orgue rénové de Steinbach, le dimanche 21 octobre 2001.
                                                    Point d'orgue d'une rénovation commencée en 1996.

Une église comble pour accueillir l'évêque auxiliaire de Strasbourg Mgr Christian Kratz dans une église rénovée. Commencée en 1996, la rénovation est maintenant achevée et l'orgue a constitué le couronnement de ces travaux de longue haleine. L'évêque a également confirmé des jeunes de Wattwiller et de Steinbach avant de bénir l'orgue. Après la guerre de 1914-18 la commune a pu reconstruire son église dédiée à St Morand et, en 1931, Georges Schwenkedel, facteur d'orgue à Strasbourg, installa l'orgue. Hier après-midi un concert inaugural a été proposé, assuré par Mathieu Freyburger, organiste titulaire de l'église St Etienne de Cernay et concertiste bien connu. Dans son allocution, le curé Jean-Paul Freudenreich a indiqué que « les usures du temps et les blessures par un obus à la fin de la Seconde guerre mondiale ont eu raison de l'instrument. Il appartient à chaque génération d'ajouter quelque chose à l'œuvre commune ». Il a souligné le travail des artisans, « qui ont magnifiquement travaillé » et « qui est à la mesure de l'humble splendeur de l'église. Nous voulons dire à Dieu notre joie mais aussi notre souffrance ». Il a évoqué l'instrument fêté : « Si l'orgue est le roi des instruments, il nous permet d'exprimer l'inexplicable » et de rappeler qu'il y en a 1600 en Alsace. Il a tenu à associer à la fête tous ceux qui ont contribué à ces travaux importants et pour lui « c'est une paroisse qui a rénové son église. Nos aïeux disaient que rien n'est trop beau pour Dieu ». L'on a pu s'en rendre compte par les explications données par François Keller qui a fait jouer par le concertiste toutes les possibilités de l'instrument. « Beaucoup de gens ont sponsorisé un tuyau et maintenant ils entendront le son de leur don ». Ainsi, Mathieu Freyburger a pu faire entendre le bourdon, la flûte, la sous-basse, le cornet, les principaux que l'on voit en façade, le plein jeux ou encore la cymbale, la trompette ou le trémolo. Et pour faire goûter les possibilités de l'instrument il a joué les six versets de Vincent Lübeck « Nun lasst uns Gott dem Herrn ».

                                                                                                                                                                   Journal ' L'Alsace  22.10.2001

 

 

Double inauguration et confirmation.


La communauté paroissiale de Steinbach était doublement en fête: elle a inauguré l'église et l'orgue rénovés. Elle a entouré de ferveur 19 confirmands dont six de Wattwiller.

L'abbé Jean-Paul Freudenreich, curé de la paroisse, Gilbert Zimmermann, président du Conseil de fabrique ont accueilli au presbytère leur hôte du jour l'évêque auxiliaire Christian Kratz ainsi que les jeunes confirmands. L'église Saint-Morand, garnie jusqu'aux derniers bancs, a résonné ensuite des chants de la chorale Sainte-Cécile que dirige 'Pascale Lisch, rehaussés à l'orgue par Mathieu Freyburger.
"Chacun doit se sentir accueilli et aimé en ce lieu de dévotion" a dit l'abbé Freudenreich dans son allocution de bienvenue, remerciant au passage tous les artisans et bienfaiteurs de cette rénovation, avant la bénédiction cérémonielle de l'orgue par Monseigneur Kratz.
Au nom de ses camarades confirmands rassemblés face au chœur, le jeune Clément remercia Martine, Christine, François et le prêtre pour leur aide au cours des deux années de préparation à ce sacrement, conféré par l'évêque.

«Seigneur, regarde ces baptisés sur qui nous imposons les mains. Répands sur eux ton Esprit Saint... esprit de sagesse, d'intelligence, de conseil et de force...».

Le Jubilé du 40°

En fin de cet office, suivi avec beaucoup de recueillement, le maire de Steinbach Pierre Hanss et le président Zimmermann ont offert au curé un lot d'ouvrages: il célébrait en ce dimanche le 40°anniversaire de sa première messe. Un concert spirituel fort relevé, offert à l'église par l'harmonie du Silberthal, la chorale Sainte-Cécile et l'organiste Mathieu Freyburger, a complété cette journée de fête qui restera gravée dans les annales de la paroisse steinbachoise.


Dernières Nouvelles d'Alsace du 30.10.2001

 

Une église à revisiter.

L'intérieur de l'église a été complètement rénové. Des portes ouvertes sont organisées tous les dimanches, du 18 novembre au 16 décembre.

Il y a encore quelques odeurs de peinture. Ça sent le neuf. La rénovation de l'intérieur de l'église de Steinbach est une réussite. Les travaux avaient débuté en mai 2000. Ils ont duré un an et demi. Mais quel chantier ! Peintures refaites. Nouveau carrelage dans le chœur et la nef. Modification des allées de circulation. Élargissement des allées latérales.

Il y a eu aussi un gros travail de menuiserie. Deux nouveaux sas d'entrée ont été installés. «Les moulures des sas ont été faites dans le même style que l'ensemble du mobilier», précise le  président du conseil de fabrique  Gilbert Zimmermann. Une niche dédiée à Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours a aussi été construite en utilisant la partie supérieure d'un des deux confessionnaux. Deux bénitiers-range livres de cantiques ont été également fabriqués en récupérant des extrémités de bancs.
Les autels latéraux ont été entièrement démontés, vernis, teintés... Le maître-autel a retrouvé une nouvelle jeunesse : repeint, dorures rénovées et médaillons repeints en polychrome. «La corniche supérieure des stalles du Chœur a été refaite. Elle avait été dégradée pendant la Seconde Guerre mondiale», explique Gilbert Zimmermann. Aujourd'hui, la présence importante du bois donne beaucoup de chaleur à l'église. La mise en place d'un  nouvel éclairage intérieur met en valeur l'architecture de l'édifice,
Tous les dimanches, du 18 novembre au 16 décembre, les portes de l'église seront ouvertes de 14 h à 17 h 30. Une petite visite en soirée est préférable pour profiter au maximum du nouvel éclairage.

      Alsace 15.11.2001                                                   PATRICE BARRÈRE

 

 

Jour de joie à la paroisse.


Pointez le visage d'une  personne pour connaître son identité.

 A la fin de l'office, le curé, Jean-Paul Freudenreich a présenté à Mgr Christian Kratz, les personnes particulièrement méritantes pour leur service en faveur de la Chorale Ste Cécile ou de la Paroisse.

Au nom de l'Union Ste Cécile de l'Archevêché de Strasbourg ont été décorés :
- Jean-Paul STIUTZ, pour 35 ans de service
- Clément BLUEM, l'actuel président, pour 45 ans de service
- Charles FLODERER, pour 50 ans
- François KELLER, président honoraire, pour 50 ans
- Jacqueline KELLER, l'organiste de la paroisse, pour 50 ans

Pour le Conseil de Fabrique, la médaille et le diplôme de la Reconnaissance diocésaine ont été remis de la part de Mgr Joseph Doré, Archevêque de Strasbourg à :
- Laure HANS, pour 10 ans de service ( à travers Mme Hans, le curé a voulu honorer et récompenser toutes les personnes qui œuvrent pour la paroisse dans des tâches souvent effacées)
- François FURSTENBERGER pour 27 ans de service dont 22 ans comme trésorier
- Gilbert ZIMMERMANN pour 27 ans de service comme président
- Armand SIFFERLEN pour 30 ans de service en tant que secrétaire.

De chaleureux applaudissements ont salué ces récompenses bien méritées.

 

 

L'orgue Schwenkedel a retrouvé sa voix


Nombreux ont été les mélomanes ayant assisté au concert inaugural de l'orgue, dimanche.

Si l'église de Steinbach remise à neuf avec énormément de goût a mérité que l'orgue restauré par Hubert Brayé soit à sa dimension, tout ce que le village compte de chanteurs et musiciens s'est montré digne de l'instrument. Le potentiel musical de la localité n'a rien à envier à celui de cités bien plus grande et vaut bien un sacrifice financier de la communauté. Le concert inaugural a été en tous points remarquables, les chantres comme les musiciens se mettant au diapason de Mathieu Freyburger, qui a eu l'honneur de faire sonner dans toute sa splendeur l'instrument de Schwenkedel.
Ayant choisi un programme de haute tenue artistique, permettant à l'orgue d'exprimer toute sa richesse sonore et mélodieuse, il a servi les différents compositeurs avec beaucoup de grâce et d'aisance. Ne manquant pas d'élaguer les différentes pièces d'ornements propres, Mathieu Freyburger, grâce à un travail très abouti, a été l'architecte idéal pour mettre en valeur les sonorités brillantes et extrêmement colorées. Il a également, en étroite complicité avec François Keller, levé le voile sur les différents jeux.

Souveraine et bouleversante
La chorale Sainte-Cécile s'est d'entrée adaptée à l'instrument. Assimilant à la perfection les plans sonores et vocaux, rayonnant de vérité et d'efficacité, aux voix bien équilibrées, cet ensemble possède un métier affirmé. Elle l'a prouvé a capella dans des œuvres de Palestrina, Mozart et Rachmaninov et surtout dans le Benedictus de la "missa brevis" de Haydn en soutenant avec virtuosité la soprano Théophane Keller. Cet espoir du bel canto s'est montré souveraine et bouleversante de féminité colorant la prière de subtiles nuances et lui donnant une belle intensité. Son soprano souverain a fait naître quelques instants d'intenses émotions.
La musique, bien que desservie par une légère réverbération, a elle fait preuve d'une rare maîtrise. Dirigée d'une baguette experte par Bernard Klein, elle a, après une fanfare de G. Richards, abordé une suite de J.-S. Bach, arrangée par Lloyd Conley, avec beaucoup d'assurance. Elle a mis dans la fugue, petit chef-d'œuvre baroque de musique d'harmonie, tout son talent et sa richesse expressive. Mais c'est un très exotique Sakura du japonais Tyamatsu qui a révélé ses réelles qualités musicales en ouvrant la voie à une belle brochette de solistes (lire aussi L'Alsace Lundi du 22 octobre)

           Alsace 24.10.2001                                                                                               LAM

 

                                                                                                     Ã